Document sans titre

 

Commentaires: Situé en territoire Hopi, Blue canyon est une section du Moenkopi Wash dans le nord-est de l'Arizona dont il est une des ramifications avec Coal mine canyon, Ha Ho No Geh canyon et Bat Canyon, tous en roches sédimentaires multicolores. Ce canyon n’a commencé à être visité par les photographes qu’à partir du milieu des années 2000 quand a été découverte la localisation de la fameuse photo "Happily ever After" de Michael Fatali. Il s'agit d'un canyon remplis de formations rocheuses avec des couches rouges et blanches du plus bel effet surtout en fin de journée. C'est un véritable paradis pour les yeux et la photo et sans nul doute un des musts dans le Southwest. Aucun permis délivré par les Hopis ne permet de visiter ce canyon donc deux solutions s'offrent à vous:

- y aller par vos propres moyens mais à vos risques et périls. En effet, la police Hopi y patrouille de plus en plus régulièrement pour chasser les touristes (avec risque d’amende) et il y a même eu dans le passé des indiens Hopis mettant en joue des touristes avec un fusil, donc le risque n'est pas à prendre à la légère puisque vous serez dans l'illégalité.

- louer les services d'un guide Hopi qui vous garantira la sécurité. pour ma part j'y suis allé par mes propres moyens en 2007 mais à l'époque le site était très peu visité donc sans risque mais lorsque j'y suis retourné en septembre 2017 j'ai pris les services d'un guide Hopi, Evelyn Fredericks , dont la fille , très sympatique et dans l'échange, nous a mené durant une après midi à Coal Mine canyon et ensuite à Blue canyon en fin d'après midi (le timing est ouvert car c'est moi qui avait demandé à être en toute fin de journée à Blue canyon)

 

Philippe Schuler: Avec mes amis allemands, nous avons mis assez longtemps avant de trouver la localisation de la très belle photo de Michael Fatali, intitulée « Happily ever After » et qui représentait pour nous le dernier secret de ce grand photographe puisque nous nous étions rendus ou connaissions précisément l’emplacement de toutes les photos qu’il exposait à l'époque dans sa superbe galerie de Springdale. Michael Fatali fait une interprétation très artistique et colorée de la lumière du Southwest et ses photos ne laissent personne indifférent. Elles font aussi l’objet de controverses en ce qui concerne le naturel des couleurs et la présence de lunes toujours « idéalement placées ». En Juillet 2006, je n’ai pu rester que 2 heures dans cet étonnant canyon, car un impressionnant orage menaçait et nous avons dû partir précipitamment pour ne pas risquer de nous embourber sur la piste qui allait devenir impraticable. En septembre 2007, Elisabeth et moi sommes revenus en fin de journée explorer également le second secteur malgré un temps menaçant tout autour du canyon. Après plus d’une heure de lumière terne, nous avons soudain bénéficié d’une lumière exceptionnelle avec de spectaculaires nuages d’orage éclairés par les derniers rayons du soleil et agrémentés d’un arc en ciel idéalement placé. C’était à la fois extrêmement beau, surnaturel et apocalyptique car tandis que l’orage tout proche grondait nous étions confrontés à un fort vent charriant du sable et de grosses gouttes d’eau, pas vraiment des conditions idéales pour photographier sereinement. Ce spectacle unique nous a poussé à rester l‘admirer jusqu’au bout puis, encore une fois, à partir précipitamment avant que l’orage ne s’abatte sur nous. Je suis retourné à Blue Canyon en 2009 avec un ami américain, cette fois ci dans de bonnes conditions météo qui nous ont permis de camper sur place dans nos SUV et de prendre tout notre temps pour bénéficier de la belle lumière de fin et de début de journée.

 

Thierry Lagarde: J'ai eu la chance d'arpenter ces terres en juin 2007 et de découvrir ce merveilleux paysage qui fait penser à Little Egypt en plus vaste. Néanmoins, je n'ai pas pu explorer cet endroit à ma guise non pas à cause d'un temps menacant mais à cause des moustiques (sans compter la rencontre avec nos amis les reptiles qui ne sont il est vrai pas trop dérangés par les touristes dans cet endroit...). En effet, lors de notre visite avec Lysiane, les lieux en étaient infestés et le mot est faible. Même couverts de la tête au pied par 35°C et un taux d'humidité important, nous avons été dévorés. Je comptais rester jusqu'au coucher du soleil, mais les conditions météos non optimales (le temps était couvert) et les moustiques ont eu raison de nous. j'y suis retourné en septembre 2017 avec un guide Hopi (voir ci dessous) en fin d'après midi avec cette fois ci une très belle lumière et des nuages très photogéniques même si ce n'était pas un ciel de fin de monde comme l'avait eu philippe en 2007. j'ai pu explorer à ma guise les zones les plus photogéniques.

 

Conseils: explorer l'endroit en tout début de journée ou en toute fin de journée pour avoir une lumière plus douce. je conseille de se rendre dans cet endroit avec un guide hopi (voir ci dessous) qui vous garantira de ne pas avoir de problème avec les locaux ou la police Hopi

Situation: à partir de Tuba city, faire environ 33.6 miles sur la 264 vers le sud est et prendre ensuite la piste qui part vers le Nord pendant environ 14.5 miles. peu avant l'arrivée il y a un wash à traverser qui peut s'avérer problématique mais également une descente assez raide de sable mou qui peut poser de gros problèmes à la remontée si vous n'avez pas un vrai véhicule 4WD et avec haute garde au sol. dans le cas contraire il est préférable de laisser le véhicule en haut du plateau et continuer à pied.

Intérêt:

Difficulté Piste:

Difficulté rando:

Durée à consacrer:

4h minimum à partir de la route AZ264

Commodités:

Logement: tuba city

Restauration: tuba city