Jour1 : Paris -> Phoenix

Il s’agit là du tout premier voyage où la ville d’arrivée n’était pas la même que la ville de départ (aller : Paris -> Phoenix et retour San Francisco Paris) ce qui m’a obligé à passer par Expedia ce que j’ai très vite regretté. En effet, après avoir choisi un vol aller optimal avec une seule escale et une arrivée tôt dans la soirée qui me garantissait un choix large pour la voiture de location (pour un SUV, il est important de pouvoir choisir son véhicule en fonction de ses impératifs), je me suis retrouvé avec un voyage modifié d’office sans possibilité d’annulation avec 2 escales (Detroit et Minneapolis) et une heure d’arrivée beaucoup plus tardive. Dans les faits, le deuxième vol est arrivé à Minneapolis après l’heure prévue du décollage du vol Minneapolis -> Phœnix mais par chance celui-ci était un peu en retard ce qui nous a permis, au prix d’une course effrénée dans l’aéroport, d’attraper notre vol in extremis. Restait le risque de perte de bagages avec si peu de temps d’escale mais encore une fois la chance était de notre côté puisque nous n’avons pas eu à déplorer de perte à l’arrivée. Enfin, le choix crucial de la voiture car vu mon itinéraire, l’exigence était de rigueur. Comme à mon habitude, je descends sur le parking et je fais mon choix parmi les véhicules garés mais ce n'est pas l'abondance : Dodge Nitro, Grand Cherokee (le véhicule réservé à la location) et quelques Jeep liberty. Après examen attentif des véhicules, j’élimine rapidement le Grand Cherokee car 2WD et je ne prête pas attention, à tort, aux Jeep liberty et je prends par dépit le Dodge Nitro. En effet, bien que celui-ci permette un blocage du différentiel central à partir de la console centrale et que les passages de roues soient larges, trois défauts me semblent rédhibitoires : la voiture est chaussée de pneumatiques typés route peu compatibles avec un usage de piste, la roue de secours est une roue galette et le pare choc avant est entièrement peint et muni d’un racloir abaissant la garde au sol. Pour ce dernier item, je me suis penché sous la voiture le lendemain matin pour démonter le racloir mais les deux autres défauts ne pouvant être corrigés, je suis retourné à l’Aéroport à la première heure pour échanger la voiture. Par chance, il restait des Jeep Liberty et vu les aptitudes off road de ce véhicule et la présence d’un pont court je n’ai pas hésité longtemps et ne l’ai pas regretté car elle a parfaitement rempli son rôle durant les 3 semaines.

Jour2 : Phoenix -> Sedona (nuit au Village lodge)

Après avoir changé de véhicule et avoir fait les premières courses d’usage, nous faisons route vers West Clear creek, histoire de commencer en douceur. Après un pique nique au bout de la piste, nous atteignons en ¾ d’heure les pools au pied des falaises de red rock. Je remarque que le niveau de l’eau est bas ce qui se confirmera par la suite car juin sera très chaud et très sec sans une seule goutte de pluie de tout le voyage. L’endroit constitue une parfaite mise en jambe sans difficulté et permet une petite baignade (courte car l’eau est glaciale) à l’arrivée. Le Caméscope en profite pour me lâcher ce qui sera au moins un prétexte pour en racheter un DIVX ultra léger deux jours plus tard qui ne m’encombrera plus pendant les randonnées.

Route ensuite vers Sedona où j’ai prévu de passer la dernière heure de soleil à Red Rock Crossing Crescent Moon pour profiter du coucher de soleil sur les red rock avec une petite marche dans l’eau (l’eau sera le fil rouge du voyage). Je n’ai pas regretté car les belles réflexions des red rock sont au rendez vous et c’est un plaisir pour les yeux et l’objectif d’autant plus que nous sommes quasiment seuls.

Jour 3 : Sedona et environs

Lever matinal comme d’habitude et début de la journée par la randonnée de Soldier pass arch qui doit normalement nous mener à une espèce de grotte avec une voute symétrique rappelant l’architecture des chambres funéraires dans les pyramides d’Egypte. La ballade est sympa mais comme souvent à Sedona, les randos sont polluées par les pink jeep qui empruntent les pistes. Cela fait partie du folklore local mais j’avoue que la pollution automobile dans ces endroits n’est pas notre tasse de thé. Vive l’interdiction des véhicules à moteur sur les sentiers de randonnée. Une fois arrivés au pied des falaises, j’ai cherché un petit bout de temps l’entrée de la grotte avant de la trouver (n’oubliez pas de lever les yeux …). Pénétrer dans la grotte et en sortir requiert un peu d’agilité et l’aide des mains mais l’endroit vaut le coup. Au final, une bonne mise en jambe mais d’un intérêt limité pour Lysiane.

La suite lui plaira mieux avec Slide Rock state park. Jugez plutôt : Roches rouges et torrent sont un cocktail idéal pour faire un pique nique et faire une sieste les pieds dans l’eau. Un seul inconvénient : un monde fou comme toujours dans les endroits avec plan d’eau. Oubliez donc le week end où vous devrez faire la queue pour espérer avoir une place sur le parking.

 

Après ce petit break rafraichissant dans la chaleur torride de ce début juin, nous avons achevé la journée par la rando de Broken Arrow (de nouveau trustée par les pink jeeps) qui permet d’admirer de beaux points de vue au bout de la rando et également du sommet de Submarine rock que vous reconnaitrez sans peine sur la gauche de la piste.

 

Jour 4 : Sedona et environs

La journée commence par la ballade de West Fork of Oak Creek. En démarrant celle-ci à 8H, nous sommes les premiers et la fraicheur matinale tranche avec la canicule de la veille. L’alternance de sous bois et de marche en longeant le ruisseau dans le canyon fait de cette ballade un must des environs. Au retour nous croiserons un nombre incroyable de personnes, locaux essentiellement, preuve que le coin est très prisé surtout le week end. Après un pique nique en contrebas de la route au bord de la rivière pour éviter l’arnaque des 8$ demandés à chaque aire de pique nique, route vers Cottonwood où j’espère vivement trouver un caméscope de petite taille en remplacement du mien qui m’a lâché deux jours plus tôt. La chance sera avec nous car j’y ai trouvé un caméscope numérique DIVX Sanyo qui même s’il ne fournit pas des films de grande qualité aura au moins l’intérêt de se faire oublier dans le portage en randonnée vu son poids ridicule de 200g.

 

Après cet intermède forcé, la journée se terminera par la ballade de Doe Mountain, qui offre un point de vue panoramique sur la région de secret mountain....

 

....et Fay Canyon. La rando est sans grand intérêt avant d’arriver au bout où, en grimpant sur la pente de loose rock en face de vous, on peut admirer une belle perspective du canyon en toute fin de journée

 

Jour 5 : Sedona -> Page (Nuits chez Bashful Bob)

Après une nuit agitée où la moitié du lodge à été réveillé par un boucan d’enfer dans une chambre, une longue journée s’annonce avec un réveil à 4H00 pour aller faire un tour de montgolfière avec Red Rock Balloons. Nous avons survolé la région de Secret Mountain pendant environ 1H30 et admiré le sunrise vu du ciel.

Au final un moment sympa mais pas inoubliable par manque de vent (eh oui, sans vent, une montgolfière à plutôt tendance à faire du sur place….). La prochaine fois, je ferai plutôt un survol en Hélico. De retour à l’hôtel où Lysiane m’attend sur son transat en prenant le soleil avec un bon bouquin, nous nous mettons en route vers la Schnebly road et quittons donc Sedona où nous reviendrons avec plaisir. La piste s’avère plus cassante que prévu et le risque de crevaison avec ces rochers pointus est élevé. Je réduis par conséquent le rythme en évitant autant que possible les rochers les plus coupants. Nous ferons la petite ballade de Cow Pie quelques miles après le début de la piste qui offre une belle vue sur le canyon.

 

Après le stop obligatoire au milieu de la piste avec point de vue magnifique, nous nous dirigeons vers Flagstaff...

 

...et Sunset Crater où nous ferons la pause pique nique et une petite ballade au milieu des coulées de lave solidifiées.

 

Route ensuite vers Wupatki. Les ruines ne sont pas inoubliables mais c’est sur la route donc autant s’y arrêter.

 

La journée s’achèvera dans White and Red Canyon, site sauvage sublime où nous serons littéralement dévorés par les moustiques et obligés de se couvrir de la tête aux pieds pour pouvoir profiter un peu du site. Même si la lumière n’est pas géniale, c’est très photogénique et d’ores et déjà un must dans ma favourite list. Lysiane retiendra de l’endroit, outre sa beauté, son caractère hostile avec moustiques, serpents et fourmis rouges….

 

Nous arriverons à Page vers 21H chez Bashful Bob après une journée plus que remplie.